WWW.GRECOMANIA.NET

La passion de la Grèce - Le site francophone le plus complet sur la Grèce

 

Missolonghi

 

(c) www.grecomania.net

 

Evaluation : *

Remarque : Mis à part la lagune et les ruines de Pleuran (jardin des héros), la ville n'a rien de bien particulier.

 

Sur la rive nord du golfe de Corinthe, Missolonghi est le chef-lieu de la préfecture. Accessible par une porte fortifiée, on y trouve un musée de l'histoire et de l'art de la municipalité, le musée Trikoupis, le musée Palamas, le musée d'art moderne, le centre culturel Trikoupio, le musée du folklore de Missolonghi, une lagune et les ruines de Pleuran aménagées en jardin des héros (tombes). La ville est célèbre par le siège héroïque qu'elle soutint contre les Turcs en 1825-1826, durant la guerre de l'Indépendance. La lagune étant protégée par deux fortins ayant pris part au siège de la ville : Vassiladi et Kleissoura. 30.000 Turcs mirent plus d'un an à venir à bout de 4.000 Grecs commandés par Botzaris. Encore 1.800 assiégés parvinrent-ils à se frayer un passage à travers les lignes ennemies. Chaque année, le 22 avril, une fête solennelle rappelle la nuit de l'« exodos » (sortie). Lord Byron, qui s'était joint aux insurgés, périt des fièvres à Missolonghi en 1824 alors quil prit part à la guerre d'indépendance de la Grèce. Vous pourrez voir la maison où il est mort et sa tombe. Bien d'autres volontaires de tous les pays européens étaient venus par sympathie (à l'époque, on parlait de « Philhellénisme ») combattre avec les Grecs. Pour les amoureux de la nature, il y a moyen d’observer différents types d'oiseaux dont le martin pêcheur et le héron cendré dans la lagune. Prévoir jumelles et téléobjectif.

Le Jardin des Héros est situé à droite de la principale porte des remparts vénitiens et abrite les sépultures des héros des différents sièges : monuments aux philhellènes français et allemands tombés à Missolonghi, tombe de Markos Botzaris (tué au combat en 1823 près de Karpénission), surmontée d'une gracieuse sculpture, oeuvre de David d'Angers (l'original se trouve au Musée historique d'Athènes), monument à la mémoire de Lord Byron...

Le Musée Municipal (entrée libre) est installé à l'intérieur de l'hôtel de ville sur la place principale. On peut y voir des souvenirs du siège de la ville, une évocation de Lord Byron, ainsi que de nombreux tableaux illustrant la défense héroïque de Missolonghi.

La Maison Trikoupis (entrée libre) est une belle demeure du XVIIIe s., berceau de la dynastie des Trikoupis qui donna plusieurs hommes d'Etat à la Grèce indépendante. Constantin (1857-1922) fut ministre de la Guerre et Charilaos (1831-1896) Premier ministre. Ce dernier oeuvra beaucoup à la modernisation de la Grèce à la fin du XIXe s. A proximité, un jardin du souvenir occupe l'emplacement de la maison où mourut Lord Byron.

 

(c) www.grecomania.net

 

La lagune est une vaste zone humide, qui, selon le célèbre géographe antique Strabon, s'appelait Cynia, fournissait nourriture et abri à l'homme depuis l'Antiquité. Elle a toujours été une forteresse naturelle qui protégeait ses habitants contre les envahisseurs, car ses terres marécageuses et ses marais ne permettaient pas un accès facile. La salinité fluctue d’une zone à l’autre mais aussi fortement dans les eaux peu profondes, au nord d'Aitolikos et près du monastère d'Agioi Taxiarchos. La forte salinité en été, causée par l'évaporation de l'eau, est atténuée par l'eau douce s'écoulant dans les lagunes depuis les champs environnants et les petits ruisseaux.

La lagune est situées derrière une bande côtière sablonneuse, entre l'embouchure de la rivière Evinos et la colline de Koutsilaris (433m), et est reliée au golfe de Patras par une grande ouverture. Dans la partie orientale de la plaine de Messolonghi se forme le delta d'Evinos tandis que dans la partie occidentale se trouve le delta d'Acheloos.

Le lagon est généralement peu profond avec un maximum de 2m. Il était entouré de vastes marais salants dont une grande partie a été drainée, mais reste stérile. Malgré la formation des terres autour des lagunes, il existe encore des marais salants, des plages boueuses et des zones sablonneuses. En général, la zone est caractérisée par une diversité d'habitats.

Bien que la zone soit un écosystème complexe fortement affecté par les activités humaines, elle conserve toujours une valeur écologique importante. La flore et la faune de la zone présentent une grande spécificité due à la forte présence et à la dominance des espèces aquatiques. Il existe encore de vastes zones de marais salants, de zones sablonneuses et de vasières. La seule forêt de chênes purs en Grèce existant dans la région de Lesini est aussi importante. Des vestiges d'une telle forêt riveraine existent également sur les rives orientales d'Evinos. Ces zones présentent un énorme intérêt ornithologique mais aussi écologique plus général. Les sols alluviaux d'Evinos sont très importants et en très bon état. Les estuaires sont l'un des écosystèmes les plus importants. Les communautés végétales de la région sont en très bon état. La zone côtière entre Kleisova et Evinos, en très bon état naturel, est la plus grande section de marais salants naturels de la région. La végétation sableuse qui pousse principalement sur les îles des lagons, présente également un grand intérêt écologique. La flore comprend de nombreuses espèces intéressantes, endémiques, rares ou menacées. La faune de la région montre également une grande diversité.

 

Messolonghi est le lieu de production de poisson le plus célèbre de Grèce. Les principales raisons pour lesquelles les poissons sont attirés par le lagon sont une nourriture abondante, des températures adaptées et la recherche d'eau douce nécessaire à certaines étapes de leur développement. De mars à juin, des bancs de petits poissons (frai), mais aussi de plus gros poissons, pénètrent dans le lagon depuis les boukes (ouvertures de communication entre la mer et le lagon). Les poissons y restent jusqu'à la fin de l'été, lorsque la descente vers la mer commence. Depuis l'Antiquité, les gens ont profité de ce phénomène et créé des lieux pour pêcher, appelés ivaria ou divaria (fermes piscicoles naturelles). La technique, bien que traditionnelle, reste encore aujourd'hui le moyen de pêche le plus efficace. Les piscicultures, profitant de la tendance des poissons à se déplacer vers le large, les piègent à l'intérieur des divars. Les structures sont réalisées en forme de table, autrefois fait de roseaux, alors qu'aujourd'hui ils utilisent des mailles en plastique soutenues sur des piquets appuyés sur le fond. La pêche de poissons de toutes sortes dans les fermes piscicoles commence à partir de juin jusqu'à la fin de juillet, puis la pêche au céphalo commence et dure jusqu'au début du mois de septembre, quand ils sortent la rogue. La mi-octobre est la saison des daurades, des bars et des céphalopodes. Cela dure jusqu'au début du mois de décembre, lorsque la pêche systématique s'arrête.

L'emplacement des fermes piscicoles n'est pas accidentel, mais dans des endroits où ils savaient depuis longtemps qu'il y avait du poisson. Selon la taille, 10 à 20 pêcheurs peuvent y être employés. Les fermes piscicoles comprennent également des cabanes traditionnelles où les pêcheurs vivent et disposent du matériel dont ils ont besoin. Ceux-ci sont soutenus par des pieux enfoncés dans le fond de la lagune et appelés pélades. Les pêcheurs utilisent également diverses autres méthodes de pêche traditionnelles.

La lagune offre à la ville un autre trésor : le sel. C'est la plus grande saline de Grèce, "Aspri" et ”Tourlida” couvrent 1200 ha et 80% de la production grecque.

 

Au Sud de la ville, une route construite au milieu de la lagune conduit à la petite île de Tourlidas où l’on trouve une plage sympathique ainsi que d'agréables tavernes (poisson). En chemin, on aperçoit de curieuses maisons en bois sur pilotis. Servant à l'origine aux pêcheurs, certaines d'entre elles sont devenues des lieux de villégiature.

Dans la lagune de Missolonghi, à l’ouest de la ville, notons les îles de Prokopanistos, Kotsikas et Komma.

 

A 6km nous trouvons le monastère dédié à Saint Simeon (XVIIe). C'est auprès de ce petit monastère construit dans un vallon que les femmes et les enfants échappés du siège de Missolonghi trouvèrent refuge en 1826. Les peintures de l'église sont modernes mais l'endroit au milieu d'une belle végétation est idéal pour un pique-nique.