WWW.GRECOMANIA.NET

La passion de la Grèce - Le site francophone le plus complet sur la Grèce

 

Calydon

 

(c) www.grecomania.net

 

Evaluation : ***

Remarque : Chouette site aux fouilles en cours.

 

Kalydona est une des villes les plus importantes d'Étolie située près de la rivière Evinos. La position était stratégique avec la possibilité de contrôler l'entrée du golfe de Corinthe et l'artère maritime vers l'Adriatique. Cette position et le fait qu'elle possédait un port (près de l'actuel Krioneri) ont contribué à l'évolution culturelle rapide de la ville, influencée par d'autres grands centres culturels grecs comme Corinthe.

Les premières traces d’occupation du site remontent à la préhistoire (autour du 3e millénaire av. JC).

Selon la mythologie, elle a été fondée par Kalydon, fils d'Aetolos et de Pronoia. La première source de l'existence de la ville est Homère. Lors des guerres du Péloponnèse, Kalydon a maintenu son autonomie pendant un certain temps. En 390 av. JC; elle rejoint l'union des cités achéennes mais finit par se soumettre aux Étoliens en en 367 av. JC. Kalydona prend part à la guerre de Troie avec quatre autres villes (Chalkida, Pleurona, Olenos et Pylène) et 40 navires sous le roi Thoas. Pendant la guerre entre les Étoliens et les Macédoniens, la ville fut détruite par Philippe V. En 48 av. JC elle résista aux plans expansionnistes des Romains mais finalement elle se soumit aux légions de Jules César. L'empereur romain Auguste, après la fondation de Nicopolis, a forcé les habitants de Calydona à déménager. Tous les trésors artistiques de la ville ont été transférés à Patras dont la statue chryséléphantine de la déesse Artémis. Depuis, le nom de Kalydona n'a plus jamais été mentionné.

De cette ville, célèbre dans la légende par la chasse héroïque menée contre un sanglier monstrueux ravageant les environs et racontée Homère dans l'Iliade, il ne reste plus aujourd'hui que quelques vestiges, admirablement situés sur une hauteur rocheuse qui domine la plaine. Des fouilles y ont été menées par des archéologues danois, puis grecs. Le site n'est pas clôturé.

 

(c) www.grecomania.net

 

Sanctuaire d'Artémis Lafria

De la porte principale sud-ouest de la fortification de Kalydona commençait la route sacrée menant au sanctuaire d'Artémis Lafria, le deuxième sanctuaire le plus important après celui de Thermos. Le sanctuaire situé à l'ouest de la porte principale et à l'extérieur des murs de la ville occupe une colline séparée. Les principaux monuments sont le grand et le petit temple, dédiés respectivement à Artémis et à Apollon, le portique et les trésors. La principale déesse vénérée était Artémis, mais le dieu Apollon y était également vénéré. Artemis s'appelait Lafria et Apollo Lafrios, de sorte que le sanctuaire était connu sous le nom de Lafrio ou Lafriaion. Il existe deux interprétations du nom, soit il provient d’un certain Laphrius de Phocide qui dédia la statue de la déesse, soit de laphria signifiant lumière et faisant référence au fait que la colère de la déesse envers le roi de la ville d'Oeneas qui avait fait des sacrifices à tous les dieux sauf à Artemis. Les premiers signes de culte remontent aux années géométriques, comme en témoigne un bâtiment à abside de cette époque, et la plus grande apogée du sanctuaire se situe dans les années archaïques jusqu’à la fin des années hellénistiques.

A la fin du VIIe s. av. JC, les premiers temples en bois sont construits. Les éléments céramiques colorés qui les ornaient leur donnaient un aspect monumental. Les couleurs retenues sont le blanc, le noir, le jaune et le rouge. Lors des fouilles, de nombreux morceaux des toits des temples et des trésors ont été retrouvés. Ces premiers bâtiments sont réparés et reçoivent des ajouts jusqu'à la fin du VIe siècle. JC, alors que de nouveaux bâtiments sont ajoutés au sanctuaire.

Le grand temple de la déesse a eu deux phases de construction. La plus ancienne est contemporaine avec le grand rempart impressionnant à trois pans, d'une longueur côté NW de 28,5m. et une hauteur de 8,8m, formant une terrasse sur laquelle reposait le bâtiment. Le relief était l'un des travaux les plus importants et, selon l'architecte M. Clemensen, coûterait plus cher que le temple lui-même. Le premier temple d'Artémis avait une structure en bois. Il a été remplacé par un nouveau bâtiment deux fois plus long, en partie en bois. La phase finale du bâtiment conservé aujourd'hui remonte à environ 400 av. JC et l’achêvement du grand temple en marbre, mesurant 32,26m sur 14,90. C'est un temple dorique à pavillon avec six colonnes sur treize, un porche, une nef et un vestibule. A l'intérieur était conservée la statue chryséléphantine de la déesse, œuvre des artistes nafpaktiens Menaichmos et Soidas, datant d'environ 460 av. JC.

Pausanias fournit des informations sur la statue et sur le culte de la déesse. La statue et le culte ont été déplacés à Patras après la bataille navale d'Actium en 31 av. JC.

A proximité et sur un niveau inférieur, les fondations d'un temple plus petit (15,65m sur 10,45) sont conservées. Composé d'un prodrome et d'une nef, il était dédiée à Apollon.

À l'intérieur du sanctuaire se trouvait également la stoa, un bâtiment allongé de 64m de long et 11,40 de large, avec une colonnade intérieure et un toit à pignon. Le portique était probablement destiné à l'hébergement des pèlerins. L'enceinte du sanctuaire n'était pas continue mais subdivisée par des murs de séparation, les différents niveaux étant reliés par des escaliers.

Enfin, à Kalydona était également vénéré le dieu Dionysos dont le temple est situé, sans avoir été fouillé, sous l'église abandonnée d'Agios Ioannis.

 

Fortifications

La ville de l'époque classique et hellénistique était entourée d'une enceinte fortifiée d'environ 2,35km de long, traversant deux collines successives appelées "Kourtaga". Dans la partie la plus septentrionale et la plus haute se trouvait l'acropole, occupant 1/10 de la superficie totale de la ville, séparée du reste par un mur intérieur. Aujourd'hui, le mur est assez endommagé et n'est pas conservé sur toute sa hauteur estimée à 6m. Il a été entièrement construit en grès local, abondant dans la "petreessa" de Kalydona, et se composait de deux murs, l'extérieur méticuleusement traité et l'intérieur resté brut. L'espace entre les deux côtés du mur était rempli de remblais. Son épaisseur varie de 1,50 à 3 m. L'enceinte a été renforcée par dix tours à ses points les plus importants et les plus vulnérables, sur ses côtés nord et est où se trouvent dix d'entre elles, ainsi qu'aux portes. Il s'agissait de carrés de 6,70 à 6,90m de côté, dépassant de 3 à 6.60m de la face externe du mur. Leur hauteur était estimée à 12m.

Selon certains chercheurs, la zone de l'acropole a été murée en premier, probablement à la fin de l'ère archaïque (fin du VIe siècle av. JC). Le reste de l'enceinte semble avoir été construit vers 400 av. JC mais certaines parties de celle-ci peuvent être un peu plus anciennes. Cette datation est étayée par le petit nombre de tours, l'utilisation des en cause, mais aussi le tracé de la muraille qui semble avoir été conçu avant l'utilisation de la catapulte comme engin de siège (399 av. JC), avec pour conséquence que certaines parties de la ville sont à un niveau inférieur aux voisines, hors les murs.

L'entrée à l'intérieur de la fortification se faisait par quatre portes dont la plus ancienne était située à côté du marché et menait à la vallée d'Evinos et au port. La porte principale au sud-ouest était une imposante construction, à la mesure de la magnificence de Lafrio à laquelle elle conduisait par la voie sacrée.

 

Théâtre antique

Lors des travaux de construction de l'autoroute Antirrio - Ioannina en 1967, une section de construction monumentale a été découverte sur le versant sud de la colline du Sanctuaire d'Artémis. Une brève fouille par Eth. Mastrokosta mit au jour "des rangées de sièges disposés théâtralement en forme de pi". Les fouilles suivantes ont démontré l'existence d'un bâtiment scénique. Par conséquent, il semble que l'ancienne Kalydona avait son propre théâtre à l'extérieur des murs. Au cours des dernières investigations, les limites exactes de l'orchestre du théâtre ont été identifiées, rectangle mesurant environ 16m sur 14. Le bâtiment de la scène est un long bâtiment rectangulaire étroit, légèrement plus court que le long côté droit inférieur de l'orchestre. La scène principale comporte trois salles égales, dont la centrale communique avec le premier plan par une porte. Du premier plan, le pilastre est conservé et la colonnade se composait de dix demi-colonnes ioniques avec des douilles latérales pour suspendre le décor. Devant le mur du premier plan a été retrouvé un tuyau d'évacuation des eaux pluviales qui mène à un puits en pierre. À l'intérieur du parvis, il y avait un sol dont des dalles d'argile ont été sauvées. Les colonnes du premier plan et les murs de la scène soutenaient le sol du bâtiment de la scène. À l'ouest et à l'est du bâtiment de scène, les limites des passages ouest et est ont été révélées. La limite du passage oriental était un mur d'avant-scène et avait un cours oblique vers le haut. Il possédait une rampe menant au premier étage de la scène.

Avec une capacité estimée à plus de 6 000 spectateurs (26 rangées de sièges), c’était sans aucun doute le plus grand des théâtres étoliens. Les rangées de sièges sont constituées de grosses pierres de grès rectangulaires et sont principalement conservées dans la partie ouest. Le fait que très peu de sièges ont été retrouvés côté oriental (ni même de traces de ceux-ci), fait penser aux chercheurs que peut-être le monument n’a pas été terminé. Les neuf rangées inférieures du gradin forment un pi avec des angles droits, les autres rangées sont arrondies, ce qui conduit à l'hypothèse qu’il y a eu 2 phases de construction.

Il semble que l’utilisation du théâtre dura du IVe s. av. JC à l'époque romaine.

 

(c) www.grecomania.net

 

Tombeau de Léon

Le Héros est également un monument important. Quadrilatère avec une cour en son centre, un porche et une entrée du côté nord, ainsi que de petites pièces au nord et à l'est. Au sous-sol de l'espace le plus important, la salle de culte, se trouvait un tombeau - crypte. L’importante tombe (vers 150 av. JC) avec une salle voûtée souterraine située dans un grand complexe de ruines. Une inscription mentionne ¨Léon, héros et jeune Hercule¨. Pour descendre dans le tombeau il faut d'abord sauter dans une ouverture carrée 90cm de profondeur, puis passer par un tunnel maçonné avec 9 marches pour atteindre la porte de la chambre funéraire, trois mètres plus bas. Les deux portes sont en pierre, lourdes, mais magnifiquement sculptées et décorées avec de gros clous décoratifs, qui pouvaient probablement être verrouillables. Elles ont été transférées au Musée National, mais le visiteur pourra encore voir les deux magnifiques lits de pierre sculptés, formant de C et occupant l'essentiel de la salle voûtée. On voit sur chaque lit deux appuis-tête aux extrémités (lit à deux têtes). Ces deux lits n'avaient d'autre usage pratique que de cacher les urnes dans le vide intérieur.

Selon une étude récente, le bâtiment n'est pas un héros funéraire d'un héros local, Léon, mais bien une palestre édifiée dans son intégralité au début de l'ère impériale sur la tombe qui a été réutilisée.